Mairie de Paris

Programme détaillé

 

 

 

POINTS PRINCIPAUX DU PROGRAMME

PRISE DE VUE

–    Netteté et profondeur de champ

–    Netteté et flou-bougé

–    Choix judicieux des modes manuels et auto

–    Personnalisation des modes auto

–    Mesure sélective de la lumière

–    Différencier mesure matricielle, pondérée et spot,  tel que pour les photos de spectacles et concerts

–    Relation diaphragme/vitesse/iso en très faible lumière tel que la photo nocturne

–    Différencier tous les boutons, molettes  et menus de réglages de son appareil reflex ou de son compact évolué

–    Comprendre  les boutons virtuels et  menus de réglages de la partie photo de son smartphone ou de sa tablette

–    Pellicules ou capteurs, et  leur latitude de pose

–    Exploitation de la latitude de pose

–    Latitude de pose et latitude d’éclairage

–    Conseils d’achat pour les  flashes

–    Flash en éclairage direct, indirect et fill-in

–    Flash en mode manuel, automatique et automatique TTL

–    Filtres pour contraste, coloration, et effets spéciaux


 ESTHETIQUE – COMPOSITION

–    Moyens de composition à la prise de vue : produire une organisation     géométrique sous-jacente à l’image, créer des tensions spatiales avec les points d’or, puiser du sens  dans l’échelonnement des plans, jouer sur l’ambiguïté vide/plein, recourir aux répétitions et aux rimes visuelles pour souligner une intention, profiter de la césure du cadre et du hors champs

–    Moyens de composition au  tirage : règles du tirage classique. Renforcer ou transformer le contenu de l’image, amplifier l’ atmosphère, conduire le regard

–    Cohérence formelle et conceptuelle d’un ensemble de photos de reportage,     selon leur destination

–    Organiser un dossier, un book, un portfolio

–    Savoir commenter des photos, les siennes et celles d’autrui


 TIRAGE NOIR ET BLANC

–    Développement  soigné de la pellicule : contrôle de la finesse du grain,

–    Méthodes pour le contrôle de la densité et du contraste des tirages, avec extrapolation vers le numérique

–    Méthodes de masquage pour l’affinement localisées des zones trop claires ou trop sombres (masques doux, masque dur, « fil de fer », etc), avec extrapolation vers photoshop

–    Techniques inhabituelles, spécifiques à l’argentique. Ex : traitement à l’éponge,

–    Finitions avec papier baryté, marges et retouches au pinceau, pour expostion

–    Par l’étude des photos N/B  de W.E.Smith, Michael Ackerman, Bill Brandt, apprendre à faire agir la tonalités des  gris   pour s’exprimer ;  et voir les possibilités similaires en photo couleur, argentique ou numérique